Nouveaux entraîneurs seniors - interviews croisées - LILLE RUGBY - IRIS 1924
261
post-template-default,single,single-post,postid-261,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Nouveaux entraîneurs seniors – interviews croisées

Porté par de nouvelles ambitions et suite à l’arrêt de Cédric Bouron le Lille Rugby Club – Iris 1924 renouvelle son staff sportif autour de la section seniors avec la confirmation de Yannick Ringot et l’arrivée de Daniel Janssens que nous vous proposons de découvrir plus en détails ci-après:

 

Lille Rugby Club – Iris 1924 : Votre parcours de rugbyman ?

Yannick Ringot : 

Débuts à Leforest,
Passage au RCArras
Pôle espoir Rugby de Lakanal
Paris Université Club
Stade Français
Lille Métropole Rugby

Daniel Janssens : J’ai commencé le rugby à l’âge de 4 ans au club de rugby de Leforest. Souhaitant continuer à évoluer, j’ai rejoins le club d’Arras à 15 ans où j’ai connu beaucoup de choses, le centre de formation, la Fédérale 2 avec une finale de championnat de France perdue, la F1 avec 2 descentes…Puis je suis allé voir du côté de châteaubriant en F3 pendant une saison avant de signer à La Roche sur Yon en fédérale 3 aussi. Une petite saison à Nantes avant de revenir dans la région en tant qu’entraîneur joueur de Duisans, avec 2 boucliers de champions des Flandres à la clé. S’en est suivi une saison en tant qu’entraîneur en charge des arrières à Marcq en Baroeul pour la saison 2015-2016.

 

LRC : Quels sont les valeurs primordiales pour devenir un rugbyman. Et un entraîneur de Rugby ?

Y.R. : Courage, Dépassement de soi, humilité, solidarité, partage, l’adaptabilité, combat, confiance, la compétitivité… nombreuses sont les valeurs que le Rugby nous permet d’incarner.

Pour entraîner, avoir l’envie de transmettre, de faire progresser, savoir stimuler, écouter et communiquer que ce soit au niveau individuel ou collectif. Se connaitre, être un leader dans l’âme, savoir susciter l’adhésion de ses joueurs sans les contraindre, faire des choix quitte à déplaire, proposer des contenus pertinents mais surtout s’adapter pour maintenir son groupe dans la direction fixée.

D.J. : Chacun fonctionne avec son propre système…je ne pense pas qu’un soit meilleur qu’un autre, pourvu qu’on le respecte, et qu’on le met au service de l’équipe. Pour ma part, je pense au travail, à l’abnégation, à l’humilité, à la solidarité, et surtout l’ambition dans la compétition.

 

Les coachs en préparation du projet de jeu

LRC : Vos missions au sein du Lille Rugby Club ?

D.J. : Pour cette première saison, elles sont plutôt simples : encadrer les lignes arrières du club, développer en partenariat avec Yannick un projet de jeu qui puisse faire évoluer l’équipe ainsi que le club, en apportant l’expérience acquise autant durant mes saisons de joueurs que d’entraîneur.

Y.R. :  Je serai le manager sportif du club dès la saison prochaine, mon rôle est de permettre au Lille Rugby Club de se structurer et progresser sportivement, de gagner en attractivité tout en gardant et préservant les valeurs de partage et convivialité, qui sont l’A.D.N du Club. Ma mission est de faciliter l’émergence de la performance en créant le milieu et une organisation propice au développement des échanges avec toutes les catégories.

Je coacherai toujours les seniors du groupe compétition.
LRC : Pourquoi avoir choisi ce club ?
D.J. : Suite aux différents contacts, il  m’a semblé que le président et l’équipe dirigeante posaient  des bases solides pour la construction d’un vrai projet, sans vouloir griller les étapes. Je sais que le club dispose d’un vrai vivier de joueur, à la fois en terme quantitatif que qualitatif (pour  avoir joué contre certains…). Et puisque j’ai toujours été soit un  joueur, soit un entraîneur ambitieux, autant encadrer et s’engager dans un projet qui l’est. Sans oublier que j’ai commencé le rugby avec Yannick, et que je sais aussi avec qui je m’engage…. !!!

Y.R. : C’est bête à dire mais pour moi ; après la mort du LMR, il ne restait plus qu’un seul club à Lille : l’Iris… donc bien loin des calculs court termes ou opportunistes, j’me suis dit que s’il y avait un nouveau projet à bâtir c’était bel et bien ici, mais que la tâche serait immense et j’ai pu en prendre  la mesure cette année.

Je reste et m’engage d’avantage dans le club car je sais qu’on a posé le bon diagnostic et qu’on a pris un vrai virage sportif qui était nécessaire, qu’on franchit encore un cap en terme d’accompagnement humain l’année pro par exemple avec l’arrivée de Daniel Janssens entraîneur B.E., la création du pôle médical et ses 2 kinés pour le suivi des joueurs d’1 médecin pour la Ré-athlétisation et notre salle de Cross-training.
Je reste aussi car il y a un bon nombre de joueurs que j’estime et qui méritent le nouveau projet !
LRC : Vos ambitions avec le Lille Rugby Club.
Y.R. : Mes ambitions sont d’honorer joueurs, staff, dirigeants et bénévoles qui me font confiance et de donner mon meilleur rien d’autre. Notre ligne de mire est la finale d’accession dès cette année.
D.J. : Le président souhaiterait voir le club évoluer à moyen terme en fédérale 3. Ce sera donc une ambition que tout le collectif devra avoir, et que nous devrons impulser. Mais l’ensemble du club doit déjà penser à se maintenir à ce niveau et donc former les plus jeunes pour l’équipe fanion de demain. A court terme, il faut que je découvre complètement le groupe, qu’il me découvre aussi. A partir de là, on pourra commencer à travailler ensemble et se mettre des objectifs et sous-objectifs. En terme de classement, j’estime qu’il faut viser une place dans les 4 premiers de la poule Honneur.
A long terme, ce serait d’emmener le groupe vers le plus haut niveau auquel il puisse aller.
LRC : Quel style de jeu voulez-vous mettre en place ?
D.J. : Un style qui gagne ! (rires)
Un projet de jeu comporte des lignes directrices qu’il faut faire évoluer en fonction des joueurs que l’on a, et des oppositions que l’on rencontre. Le projet qui est ressortit d’un commun accord avec Yannick peut à la fois nous emmener vers du petit périmètre où alors vers un jeu plus virevoltant dans les grands espaces, mais sans jamais oublier l’essentiel de notre sport, le combat, la conquête. J’estime que n’importe quel projet peut fonctionner à partir du moment où les joueurs le comprennent et y adhère. Ce sera donc le plus gros chantier en ce début de saison.
Y.R. : Plutôt que de parler de « style de jeu », je préfère parler d’aptitudes et s’il  ne devait y en avoir qu’une que nous recherchions parmi les seniors la saison prochaine ; ce serait celle d’ « avancer » ou de « faire avancer ».